Féministe, Non classé

The Crown : le poids de la couronne ou la difficulté d’être une reine

 

the crown image à la une

Vous souvenez-vous de la rédaction (ou de la simple question) « quel métier ferez vous plus tard » ? Une interrogation classique dans les salles de classe ou dans la famille. Je peux maintenant affirmer que je ne répondrai plus « princesse ou reine ». Comme beaucoup, j’ai été élevée dans l’univers de Disney dans lequel les filles sont trouvées par le prince, un homme prêt à tout pour elle. Elles n’ont alors qu’à porter de belles robes et éduquer leurs enfants. Les films sur SISSI avec Romy Schneider montrent davantage les obstacles politiques et traditionnels face à un amour imprévu. Cependant la réalité politique reste encore en surface. Mais ce n’est pas le cas dans la récente série « THE CROWN ». Alors que la deuxième saison est récemment sortie au Royaume-Uni – en décembre 2017-, je vous propose de nous pencher sur la situation de la reine Elisabeth II présentée dans la première saison.

Elisabeth II exigeance du pouvoir

Tout d’abord, je vous propose un bref résumé afin que vous puissiez comprendre ma réflexion. Pour ceux qui n’auraient pas connaissance de cette création, je me suis efforcée à ne pas révéler la fin bien que tout curieux obtiendra facilement des réponses en s’intéressant à la vie de la reine. La série commence par la fin du règne de Goerge VI, malade qui refuse néanmoins de le montrer. Parallèlement, la princesse Elisabeth, sa fille aînée, devient une jeune adulte. Elle impose son choix pour son mari et prend peu à peu le rôle d’héritière par un voyage dans les nations du Commonwealth. Puis le spectateur la suit dans ses débuts tumultueux en tant que reine. Si une partie est probablement romancée, les grands faits s’appuient sur des évènements historiques. De plus, nous pouvons estimés que ceux-ci sont relativement bien relatés car la reine elle-même, celle qui vit à Buckingman Palace, regarderait la série. Nous pouvons aisément penser que si cela était trop éloigné du réel, elle l’aurait fait savoir aux créateurs.

La raison pour laquelle le rôle de reine m’est apparut tout sauf attrayant est une scène dans l’épisode 2 : la princesse Elisabeth rentre de son voyage en Afrique et elle est la seule femme, à l’exception sa femme de chambre, présente à l’aéroport, ceux qui l’accueillent constituent un groupe d’hommes âgés d’au moins cinquante ans. Et elle, la nouvelle souveraine, est une jeune femme. De quoi être intimidée, même en étant de la famille royale. J’ai alors pris conscience que si la Grande-Bretagne est avancée pour la succession royale, la place d’une femme dans la société était similaire à un autre pays occidental : être reine signifie donc s’affirmer dans un monde d’hommes politiques où les complots pour imposer ses idées sont légions.

la princesse Elisabeth le poids de la couronne

Comme je l’ai indiqué précédemment, la politique est officiellement une affaire d’hommes. Et le premier qu’elle doit affronter a parfaitement conscience de son pouvoir et de son savoir. Churchill a en effet géré un gouvernement en temps de guerre : il ne cherche pas à faire le modeste devant la reine qu’il semble considéré telle une enfant. Elle-même connaît la valeur de l’homme et se tourne régulièrement vers lui pour obtenir des conseils. Cependant elle n’hésite pas à émettre son avis, puis à l’imposer. Sa gestion de la pollution de l’air d’une usine est scandaleuse : il affirme que cela est la volonté divine alors qu’un rapport officiel fut amené quelques temps auparavant dans ses bureaux. Cette gestion montre combien il lui est difficile de s’adapter à la réalité de ce pays qui est différente de celle qu’il a connu. C’est la mort d’une femme qui l’aurait fait réagir. Mais trop tardivement, même s’il a réussi à tourner la situation à son avantage car de trop nombreux décès auraient pu être évités. Face à cette catastrophe, la reine se voit obligée d’envisager de pousser cet homme qu’elle semble admirer vers la porte du 10 Downing Street.

famille royale The Crown.PNG

Si sa position de reine dans la société n’est pas simple, son statut la poursuit également dans la sphère privée. Le protocole régente sa vie entière ainsi que celle de sa famille. Je repense à deux situations en particulier. Sa sœur, Margaret, vit une liaison avec un homme marié au service de la famille royale. Le scandale peut survenir à tout moment. Cet homme décide de divorcer et son ex-épouse part vivre en province. Cependant un membre de la famille royale ne peut pas se marier avec une personne divorcée. C’est alors à la reine, sœur et belle-sœur du couple, de décider d’autoriser ou non ce mariage en sachant que cela aura une conséquence énorme dans la sphère publique. L’épisode nous montre combien elle est partagée par sa place dans la famille et son devoir royal. Elle leur propose finalement, sur l’avis d’un conseiller, de repousser cette union aux vingt-cinq de la princesse car elle serait alors libre de se marier sans l’accord royal. L’autre fait qui m’a interpellé est sa relation de couple. Lors du mariage, elle aurait promis d’être une épouse « traditionnelle » pour l’époque, c’est-à-dire que son mari dirigerait le couple. Cependant elle s’aperçoit rapidement que cela est compliquée car le protocole régente également les droits et les devoirs du prince consort. Ainsi, elle ne peut porter officiellement le nom de son époux. De plus, ce dernier rêve de savoir piloter un avion mais sa femme devra négocier farouchement avec le gouvernement pour qu’il puisse obtenir cette autorisation, et encore, il n’aura pas le droit de faire de la voltige. La série représente un homme frustré de ne pas pouvoir agir ni se montrer en tant qu’homme viril, responsable de son couple (d’après les critères de l’époque). Elisabeth doit donc ménager les désirs de sa famille et ses devoirs de souveraine.

C’est donc cette complexité de ce statut qui me fait affirmer qu’il faut un fort caractère, une gestion du stress importante et un don de diplomatie. Bref, une presque super-héroïne de la réalité. Je laisse donc avec plaisir la place à celles qui sont dotées de ces qualités.

Pour rester dans la question de la place d’une reine et du poids de la couronne, je vous conseille de voir le film Confident Royal qui parle de la rencontre d’un Indien avec la reine Victoria dans ses dernières années. Une amitié très forte dans laquelle se confrontent les avis personnels de deux amis et qui affronte l’entourage très ancrée dans la culture anglaise de la royauté. Un film magnifique qui m’a bouleversée.

Toutes les images sont extraites de la série, elles ne m’appartiennent pas. Voici les liens où j’ai trouvé les images qui sont toutes extraites de la série The Crown : https://www.pleinevie.fr/loisirs/tele-radio/the-crown-la-nouvelle-serie-royale-sur-netflix-16461 , http://time.com/4547337/the-crown-claire-foy-netflix/ , http://www.dailymail.co.uk/tvshowbiz/article-5022069/Claire-Foy-hands-Crown-Olivia-Colman.html , http://www.thisisinsider.com/the-crown-claire-foy-queen-elizabeth-audition-pregnant-2017-9 , http://fr.ign.com/the-crown/30759/news/the-crown-olivia-colman-remplace-claire-foy .

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s