Réflexion d'un soir

Les adultes dans le monde sorcier : sont-ils responsables ? (3)

 

HP3 DVD

L’année 2017 semblait décidée à ne pas me laisser sans problème de Livebox, pour la deuxième fois en quatre mois. Comme mon projet de blog prennait peu à peu forme, et que je n’avais pas oublié le plaisir que j’avais eu en écrivant les articles sur les films précédents, je suis retournée voir les films Harry Potter 3 et 4. Le précédent annonçait une présence physique du ministère par Cornélius Fudge et son conseiller Lucius Malfoy. Les adolescents se trouvent cette année en face des conséquences de ces décisions, anciennes et actuelles. Le spectateur commence également à comprendre que Dumbledore dirige un jeu d’échec dont son entourage constitue les pions.

Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban

1/Ignorance des adultes responsables au cours de l’été

Pour ne pas changer, Harry a du retourner chez les Dursley pendant les grandes vacances d’été. Une nouvelle personne est présente au 4 Privet Drive. Si nous pensions que le couple était détestable, cette dernière est pire. La sœur de Vernon, Marge, s’attend à être servie comme une invité de marque : elle ne déplace pas ses valises et exige que son chien ait une belle assiette en tant que gamelle et le fait boire de l’alcool dans son propre verre. Il est étonnant que les Dursley, obsédés par la normalité, accepte un tel comportement. Pensant que Harry est un délinquant, elle exposa, au cours d’un repas que Harry sert, une théorie selon laquelle la tare vient de la mère – dont la sœur est actuellement son hôte et sa belle-sœur -, en prenant exemple sur … les chiens. Il est donc tout à fait compréhensible que le jeune sorcier perde le contrôle de sa magie et fasse gonfler cette femme, surtout face à l’absence de réactions de sa tante Pétunia. La famille est alors tellement déstabilisée qu’elle ne réfléchit pas. Dudley tombe assommé par un bouton puis continue de manger devant la télévision. Pétunia semble pétrifiée. Seul Vernon, avec un peu en retard, réagit et tente de retenir sa sœur lorsqu’elle s’envole avant de finalement la lâcher. A vrai dire seul le chien a agit dans toute la mesure de ses possibilités en essayant de faire réagir les autres humains. Mais ces derniers n’ont pas pensé à… fermer la véranda.

Après s’être enfui de chez sa famille biologique, Harry est logé, seul, au Chaudron Baveur. C’est ici qu’il revoit ses deux meilleurs amis ainsi que la famille Weasley. Les parents ne semblent pas préoccupés par ce lieu d’habitation car ils ne proposent pas à l’orphelin de finir ses vacances chez eux. De plus, Molly ne lui demande que s’il a bien toutes ses affaires pour l’année scolaire : elle n’a pas du tout une posture de responsable. Arthur est plus terre à terre et dans l’urgence : il informe l’adolescent qu’il est en danger de mort car le célèbre criminel évadé de prison chercherait à le tuer. Si cette information peut inciter Harry à la prudence, le roux ne lui propose pas de lui écrire en cas de besoin tel que l’impression d’être surveillé, être conseillé sur des sorts à poser sur son lit pour se protéger un minimum.

Bref, les adultes ne semblent avoir aucune logique cet été.

 

2/Le ministère

Les décisions du premier ministre, Mr Fudge, ont une influence presque directe sur la vie de notre jeune héros. Il est étonnant que cela n’arrive que cette année au vu des années suivantes. Lors de sa fuite, l’adolescent se retrouve seul dehors la nuit après une acte de magie instinctive alors qu’un dangereux criminel chercherait à le tuer. Pourtant, en connaissant la situation du monde sorcier, Stan, contrôleur du Magicobus, ne s’inquiète pas de la présence d’un jeune homme seul ni que Tom, le barman, l’attrape à l’arrivée presque violemment. Il le tire par le bras et l’emmène dans une salle manifestement privée ! C’est inquiétant quand on ne connait pas les personnes ! De plus, Tom le harcèle quasiment pour qu’il mange. Le jeune homme se retrouve devant un homme, manifestement de pouvoir, qu’il n’a jamais rencontré officiellement. Ce dernier se permet de l’interpeller familièrement sans s’être présenté ! Il minimise l’acte de magie accidentel et annonce que la tante a été oubliétté (et les témoins, pas de nouvelles). Par contre, il ne fait pas mention des « Lumos maxima » faits pour lire les livres de cours. Ces (non)réactions rendent la décision d’un procès pour un Patronus en présence de son cousin -chez qui il vit- plus aberrante (dans le cinquième film).

La gestion des faits d’actualité par le gouvernement est également très critiquable. En remontant le temps, nous comprenons que si Sirius Black avait eu un véritable procès en 1981 la situation de cette troisième année en serait fortement changée. En effet, un procès avec le témoignage sous véritasérum aurait permis d’innocenter le dernier Black de la principale branche et donc une éducation plus humaine du jeune Harry. La renaissance de Voldemort serait également différente ou repoussée par l’emprisonnement de Peter Pettigrow. La fuite du présumé meurtrier entraîne la décision de mettre des détraqueurs à proximité d’adolescents. Une période de vie suffisamment complexe à vivre. Mais cela n’a pas traversé l’esprit des bureaucrates. Ni le fait que cette génération a été touché par la précédente guerre et donc est d’autant plus sensible à leur présence : en premier Harry, puis Neville dont les parents ont été torturés, Susan Bones qui est la seule survivante de safamille avec sa tante, les jumeaux Weasley dont les parrains sont décédés ou encore des morts dans d’autres contextes comme Luna dont la mère est morte à ses neuf ans. Première confrontation dans le train où les adultes brillent par leur quasi-absence (seuls Lupin, la dame au chariot et le conducteur). D’ailleurs il semblerait que Poudlard n’ait pas été au courant de cela mais elle ne propose pas aux élèves d’aller à l’infirmerie, voire les obliger. Le ministère a apparemment oublié que si les détraqueurs leur obéissent, ils sont capable de faire des choix seuls. Malgré l’interdiction de franchir les barrières de l’école, ils viennent s’inviter à un match de Quidditch.

Autre problème de justice, la condamnation de Buck l’hyppogriffe. Sont interrogés le père de l’élève blessé (mais il n’est pas dit qu’il a vu son fils) et le professeur Hagrid qui est régulièrement moqué dans la société. Pas l’ombre d’un témoignage d’élèves, même d’élèves relativement neutres. De plus, rien ne paraît gêner les adultes dans le fait que le bourreau aiguise sa lame dans le château en présence potentielle d’élèves – le couvre-feu n’a pas encore sonné.

Justice et responsabilité sont deux mots dont les définitions apparaissent inconnues au ministère.

 

3/ Dumbledore

Les quelques mois durant lesquels il a été tenu loin de l’école ne l’ont, semble-t-il, pas fait réfléchir plus que cela à propos de la gestion des adolescents. Cela se prouve dès le festin de rentrée. Il n’a pas proposé – imposé – une visite avec l’infirmière à tous les élèves après l’éprouvant voyage. S’il annonce la présence de détraqueurs proche de l’école toute l’année, il ne donne aucun moyen de réellement s’en sortir si on se retrouve sous leur emprise : un souvenir heureux ! Mais justement ceux-ci disparaissent à leur approche et même la plupart des adultes ont des difficultés dans cette situation. Alors des enfants… Le maintien du match de quidditch par temps de forte pluie et de vent violent n’est presque pas étonnant au vu des décisions précédentes. Cependant nous aurions pu pensé que la sensibilité extrême de Harry aux détraqueurs aurait pu fait réfléchir le directeur ou son adjointe qui tous deux tiennent particulièrement à cet adolescent.

Malgré ce fait, il continue à mettre en danger le jeune homme dont il connait un minimum le comportement. Toute la société a connaissance des accusations contre Sirius Black sauf Harry qui est le principal concerné. Mr. Weasley lui a donné quelques informations mais pas la principale : Harry découvre par hasard son lien de parrainage avec l’homme recherché. Dans ces circonstances, personne ne peut l’aider à gérer cette information. Néanmoins rien n’est fait pour augmenter la protection. Dumbledore refuse d’écouter les craintes de Rogue qui, les années précédentes, se sont avérées vraies. L’intrusion dans l’école ne se conclue pas par l’élévation des protections de la Grande Salle où dorment les élèves.

De plus, ses actions nous poussent à nous demander s’il veut réellement le bien du Survivant. Il incite sciemment deux élèves blessés et déjà fatigués par les évènements de la soirée de remonter le temps lors d’une nuit de pleine nuit en sachant qu’il y a un loup-garou et un meurtrier. Il aurait pu aisément le faire lui-même : il a davantage de connaissances et de pouvoir. De surcroît, sa position de chef du Mangemagot est suffisamment importante pour exiger un interrogatoire sous véritasérum autant de Sirius que des adolescents avec l’autorisation des parents ou responsables légaux (simples pour Harry et Hermione). Severus Rogue peut également servir de témoin pour dire que Peter Pettigrow est vivant. Le procès aurait probablement changer les évènements de la quatrième année et donc le cours de la guerre.

 

4/ Des enseignants à l éthique douteuse

Si nous pouvons douter du bien-être fondé des actions (ou non-actions) du directeur, les professeurs ne sont pas pour autant intègres.
Commençons par le professeur Rogue. Il reste cet adulte qui pense que Harry a une belle vie et qu’il doit lui rappeler la réalité – qu’il n’est qu’un adolescent parmi les autres – grâce à de nombreuses retenues et le retrait de points. Cependant, malgré l’inimitié envers le garçon, il s’inquiète néanmoins pour sa sécurité. Il s’interroge sérieusement sur la possibilité d’un complice interne à l’école du meurtrier Sirius Black. De plus, il tente de surmonter sa phobie des loup-garous lors de la transformation de Remus en se mettant devant les trois adolescents. Ce comportement positif est néanmoins contrebalancé par le fait qu’il laisse finalement partir Harry à la recherche de Sirius lors d’une nuit de pleine lune avec des détraqueurs à proximité.
Le second professeur dont la conscience professionnelle est à revoir est le professeur de divination, Mrs Trelawnay. Son comportement est perturbant : elle me semble sous l’emprise de stupéfiants – peut-être que l’encens à grande dose a cet effet. Que dire ensuite de son habitude (selon le professeur McGonagall) d’annoncer sa future mort à un élève de treize ans ? Si cela n’étonne pas, ou peu, Harry à cause de ses expériences les deux années précédentes, un élève lamda aurait de quoi s’affoler. Mais elle ne s’arrête pas là. Elle se permet d’émettre des jugements devant toute la classe (autant dire Poudlard avec les rumeurs) sur certains élèves. Hermione, qui s’appuie sur le savoir démontré, est fortement critiquée dans son habitude de s’aider des livres et de ne pas « ouvrir [son]esprit ». Mais la professeur elle-même sait-elle vraiment le faire ? La question persiste car elle n’a pas conscience du moment dans lequel elle entre en transe ni du contenu de ses prophéties. Nous pouvons nous demander si elle est apte à repérer les réels dons de voyance parmi ses élèves.

D’autres adultes dans l’école ont une influence plus forte dans la vie de notre jeune héros. Rubeus Hagrid, premier ami et premier contact dans ce monde de Harry, est promut professeur de Soins aux Créatures Magiques. Cependant s’il est en contact régulier avec des adolescents, il n’en a que rarement eu la responsabilité et encore moins d’une classe entière avec les conflits qu’il peut exister. D’ailleurs Dumbledore ne lui a pas simplifié la tâche en mettant ensemble dans son cours de troisième année des Serpentards et des Griffondors dont Malfoy et Potter. Si le garde-chasse a une bonne idée de frapper fort dans les esprits avec un bel animal fier et sauvage, un hypogriffe, il choisit de faire cours dans la forêt … interdite. En dehors de son nom, cela l’éloigne davantage de tout secours en cas de besoin. Et cela se constate rapidement. Draco Malfoy, voulant montrer lui aussi montrer son courage – et sa stupidité – provoque l’animal qui se cabre et lui casse un os du bras. Hagrid l’emmène alors à l’infirmerie mais laisse le reste de la classe sans surveillance avec un animal qui a montré qu’il peut réagir violemment en cas d’irrespect. Or à cet âge, un certain nombre cherche à franchir les interdits…
A la fois plus proche et moins connu, le professeur Remus Lupin a un grand rôle car il est le premier réel lien avec les personnes qu’auraient constitués la famille de Harry. Ami avec le père mais non responsable du fils à cause des lois anti-hybrides, c’est la première fois qu’ils se rencontrent. Un peu au hasard, le trio d’or se retrouve dans le même compartiment que cet homme. Et heureusement car Harry supporte très mal les détraqueurs. Par contre, son temps de réaction est étonnamment long pour une personne dont les sens sont très aiguisés et la vie peu heureuse. En tant que professeur, il accepte de donner à l’adolescent des cours pour savoir affronter un minimum ces créatures. Mais il ne devient responsable au sens familial que lors de la sortie de nuit de Harry. Connaissant les capacités de la carte des Maraudeurs, il sait qu’elle pourrait mettre en danger ce téméraire. Il décidera pourtant de la lui rendre en fin d’année. Mais cette volonté de protection a aussi ses limites. Après avoir établi l’innocence de Sirius aux yeux du filleul, rien n’est fait pour bloquer le véritable meurtrier – une cage en fer pour le rat- afin de protéger les plus jeunes et également innocenter officiellement le parrain. Par ailleurs, malgré cette nuit et les cours particuliers, il ne garde pas contact avec Harry ne serait-ce que par courrier.

Disclamer : L’histoire ne m’appartient pas et les photographies sont extraites du film.

La suite des réflexions sur cet univers ici.

Publicités

1 réflexion au sujet de “Les adultes dans le monde sorcier : sont-ils responsables ? (3)”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s