Féministe

La femme est-elle définit par son corps ?

Abonnée à de nombreuses newletters, je m’informe principalement de l’actualité par leurs intermédiaires. Parmi elles, se trouvent plusieurs newletters qui donnent des informations people. Si certes je ne vais pas devenir Einstein avec ces dernières, je ne m’attendais pas à autant de nudité et d’articles sur les corps féminins. C’est pourquoi je me demande si la femme ne peut être définie autrement que par son corps ?

La demande du lectorat ?

La première raison à laquelle j’ai pu penser a été l’intérêt du public. En effet, un journaliste écrit selon les centres d’intérêt de ses lecteurs. Comme je suis moi-même une lectrice des actus people, je me suis demandée si cela m’intéressait vraiment. Ma réponse est non. Savoir que telle actrice à poser nue ou a eu un accident de tenue ne m’intéresse pas. Cependant il est vrai que j’apprécie de temps en temps savoir ce que fait telle ou telle célébrité. N’étant que très peu présente sur les réseaux sociaux de communication, les sites des différents journaux sont ma seule source d’informations de ce genre. Mais pour autant je préfère lire son actu filmographique, ses astuces beautés, bien-être ou des conseils pour une vie équilibrée (nourriture, sport). Alors pourquoi je continue à recevoir des newletters sur ce thème ? Probablement car ce sont les articles les plus récents. Ils relayent souvent les nouvelles publications de magazines et celles des réseaux sociaux. Une simple photo ou un tweet est souvent la base d’un article de ces letters. Et comme nous sommes nombreux à être abonnées aux newletters de ce genre, les journalistes continuent à surfer sur ces « actus ».

Être nue pour être connue ?

Je m’interroge cependant sur la raison qui pousse ces femmes et peut-être des inconnues à décider de se dénuder sur la toile ou des magazines pour les célébrités. Car il doit exister une explication à ce comportement qui dévoile l’intime – à différents degrés. Parce que c’est un fait, de telles photos font parler de ces femmes, que ce soit des articles ou des likes. Or cette époque met particulièrement en avant la popularité de chaque individu. Les femmes sont-elles pour autant obligées de se montrer ainsi pour être connue ? J’aimerais pouvoir vous dire que non, après tout le monde connaît Angela Merkel et Hillary Clinton sans qu’elles aient du poser ainsi. Cependant vous pourriez me reprocher que leur parcours datent un peu et qu’elles ne sont pas nées avec l’univers de la télé-réalité. Alors je vous propose deux noms : Emma Watson et Marlène Schiappa. Si l’une a un beau parcours d’actrice, l’autre s’est engagée rapidement dans des causes qui lui tenaient à cœur. Mais elles ont un commun le désir d’aider à atteindre l’égalité homme-femme et utilisent pour cela les médias et les réseaux sociaux qu’elles maitrisent.

La nudité pour une égalité ?

Reste la question de la nudité pour l’émancipation. Le corps de la femme reste malgré tout un tabou : un homme torse nu est viril, bon vivant, une femme torse nu est une atteinte à la pudeur. En effet, le corps de la femme est très sexualisé ; d’après mes connaissances, seuls ses bras ne sont pas ou peu une invitation au fantasme. Se dénuder peut aussi être un moyen de désacraliser son corps. Cependant il est attendu d’avoir un certain physique pour être qualifiée de désirable voire aussi de féminine. Montrer son corps permet donc de contrer toutes ces critiques voire des discriminations physiques. Nous observons la présence de nombreux haschtags incitant à montrer fièrement telle ou telle partie de son corps souvent en réponse à un commentaire violent. Cela permet probablement à s’assumer davantage, à ne pas se sentir seule et donc à avoir une meilleure vision de soi. Mais la classification persiste. Des mannequins dit « grande taille » ou « plus size » font maintenant leur apparition dans certains grands magazines. Cela est certes un progrès mais ils sont alors qualifiés de manière que l’on comprenne qu’ils sont en dehors des normes : selon les termes utilisés, il existerait une taille normale qui ne leur correspond pas car ils sont au-dessus de celle-ci. Pourquoi les nommer ainsi et pas simplement mannequins ?

Les tenues des femmes, un message (in)volontaire ?

A la suite de la question de la nudité, les tenues portées par les femmes font couler beaucoup d’encre. Chaque vêtement porté par des célébrités est analysé et si elles ont un accident (vent…), cela fait la une des infos people : on parle davantage de robes envolées ou transparentes que des films eux-mêmes dans des festivals tel que celui de Cannes. L’aspect moulant, la longueur des jupes ou des robes, la profondeur du décolleté ou du dos nu sont scrutés et interprétés. Il est souvent complexe de jouer avec la frontière entre le sexy et le vulgaire alors qu’elle est différente selon chacun, et plus encore selon les civilisations. En plus de cette exigence, il faut également jouer sur le dress code de la fonction. Et cela se voit notamment en politique. Ces femmes qui ont une position mondiale -ou l’on souhaité- privilégient une tenue type dont elles vont faire varier les couleurs. Le public s’attend à voir le reine Elisabeth II, Angela Merkel ou encore Hillary Clinton dans des vêtements précis. Il ne s’attarde donc que peu sur ceux-ci pour mieux écouter leurs discours. Mais sont-elles obligées de s’habiller ainsi, sans fantaisie ? Les nouvelles venues dans ce milieu tendent à dire le contraire sans pour autant le nier. Kate Middelton, mariée au prince William, montre une certaine sobriété sans oublier sa féminité. Plus proche de chez nous, Brigitte Macron rappelle qu’avoir 60 ans et être l’épouse d’un président ne signifie pas de ne pas prendre le plaisir de choisir des vêtements féminins. Malgré cela, elle est souvent l’objet de commentaires désobligeants par rapport à son âge ou à sa place de première dame. Je pense notamment à sa robe blanche avec des dentelles noires pour le voyage présidentiel à New-York en 2017. Melania Trump doit également savoir jouer avec ces lignes. Sa jeunesse lui donne plus de liberté, son passé reste un frein car chaque tenue trop osée le rappelle. S’habiller est donc un art pour ces femmes qui sont un symbole fort d’une nation.

Malgré une volonté de se libérer des carcans de la féminité, je pense qu’il reste difficile d’évoluer en dehors et d’exister sur le plan médiatique. Les femmes demeurent encore dépendantes du regard de la société, et plus précisément des hommes.

Pour une raison d’adéquation avec le contenu de l’article, j’ai choisi de ne pas mettre de photographies afin de ne pas suggérer qu’un physique, qu’une tenue serait mieux qu’une autre.

Voici un lien pour voir la robe de la première dame, Brigitte Macron :
http://www.leparisien.fr/laparisienne/style/mode/brigitte-macron-une-robe-audacieuse-a-new-york-21-09-2017-7276251.php

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s