Inclassable

Coup de gueule le tourisme

Coucou, me revoilà pour un article inspiré de mon expérience de voyage. Je tiens à préciser qu’il durera probablement plus longtemps que prévu et donc que ma faible présence sur le blog se poursuivera. J’espère un retour à la publication de 2 articles par mois en septembre, le temps de rentrer et d’écrire plusieurs articles d’avance.

Si j’apprécie grandement ce périple, certains aspects me font penser qu’il pourrait être mieux.

 

 

Visites

Les visites de musées, châteaux et autres font régulièrement, si ce n’est pas toujours, parties d’un voyage. A titre personnel, c’est l’une de mes raisons principales de voyager. Or, pour y prendre pleinement plaisir, j’ai quelques exigences.

_ la possibilité de prendre des photos. Si je comprends l’interdiction des flashs pour des raisons de conservation de œuvres, j’avoue avoir de la difficulté à comprendre l’interdiction totale. Il existe parfois des frais pour obtenir l’autorisation de photographier. Je ne suis pas contre à condition que ce soit un prix raisonnable pour les personnes du pays. Mais l’interdiction pure et simple continue d’être un mystère, et selon moi, un frein au tourisme. Car oui on veut rentrer chez soi avec des souvenirs que nous pourrions voir plus tard. Certains lieux touristiques proposent des petits livrets à acheter avec la quasi-totalité des endroits à se remémorer. C’est selon moi une solution tout à fait acceptable, parallèle à la licence d’autorisation. Bien que les commentaires sont souvent limités à quelques langues (un moyen de réactiver son anglais 😉). Mais d’autres ne disposent parfois que de quelques cartes postales, souvent de vue extérieure. A la fin de la visite, on peut se sentir frustrée et énervée d’avoir payé une entrée dont on ne se souviendra pas quelques mois ou années plus tard.

_ les langues disponibles pour les visites. Si dans les capitales, l’anglais, voir d’autres langues comme le français, sont facilement accessibles, cela devient rapidement plus compliqué ailleurs. Personnellement, je n’ai pas cherché le français bien que parfois je le choisis si on me le propose au même prix que l’anglais. C’est d’ailleurs ainsi que j’ai redécouvert que mon niveau d’anglais n’est pas aussi faible que je ne le pensais. Mais il est arrivé que la seule langue écrite ou parlé soit celle du pays, que je ne comprends pas. Et si les photos sont sympa, il reste néanmoins la sensation de passer à côté de nombreuses informations  pour comprendre l’existence de ce lieu touristique. C’est pourquoi je pense que c’est nécessaire que ces lieux proposent des traductions en anglais,  même sur une feuille à part. Un professionnel pourra probablement le faire en 2 ou 3 jours, un amateur en 15 jours. Et le point positif pour les touristes étrangers sera énorme.

 

 

Transports

L’autre sujet est dû  à un choix personnel de déplacement durant mon voyage.

_Bien que restant en Europe, je n’ai pas pris ma voiture et dépend entièrement des transports en commun, soit des bus et des trains. Or quand vous êtes seule et avez besoin de savoir où vous dormirez le lendemain soir, les informations de transport sont primordiales. Et vous dépendez souvent des sites généraux, tel que omio, ou les sites nationaux pour planifier vos trajets. Et vos envies peuvent être freinée par l’absence de transport proposés par les sites, et Google Maps. Je n’ai finalement pas visiter 2 châteaux à cause de cela et abandonner l’idée de visiter une ville à  cause de la complexité du trajet proposé. Or j’ai appris qu’il existait pour certaines destinations des liaisons avec des petits bus, liaisons parfois régulières ! Mais non enregistrées par Google ou les autres sites. Très frustrant et pouvant devenir un frein au tourisme.

_De même, les transports en commun des villes devraient selon moi être répertoriés par Google pour une question de praticité des usagers. On ne connaît pas forcément le site officiel quand on arrive dans une nouvelle ville, surtout qu’une version anglaise n’est pas toujours disponible. Arrivée à  Rzeszow, je décide d’aller à mon hôtel à pied car Google ne m’indiquait pas de bus. Résultat 1 heure de marché à tirer ma lourde valise pour constater la présence d’un arrêt de bus à 300 mètres de l’hôtel. 😑 Un autre problème est de comprendre comment et où acheter les billets de bus. Certaines fois ce sont des bornes automatiques, d’autres dans des magasinstels que des buralistes, ou encore il n’y a pas de points de vente à proximité. Si je peux comprendre le coût d’une borne, il me semble que les hôtels devraient en proposer pour dépanner leurs clients. Un entre-deux qui ne fera que plaisir aux voyageurs. Un dernier détail, l’écriture des différentes stations de bus dans ce dernier. Si la version orale suffit aux habitants, il peut s’avérer complexe pour un étranger de comprendre l’arrêt annoncé.

 

Cependant ces petites difficultés rencontrées ne doivent pas vous empêcher de voyager car c’est une belle expérience.

2 réflexions au sujet de “Coup de gueule le tourisme”

    1. Coucou. Merci également pour ta visite. Je voulais surtout partager mon expérience afin que d’autres puissent en avoir conscience et limiter la déception. Mais le voyage reste une très belle expérience- même en faisant sonner une alarme dans un musée en s’approchant trop d’une œuvre pour la photographier. 😅

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s